Epilogue


,
en situant Raphaël TOUSSAINT dans la peinture contemporaine. Nous avons parlé des Livres d’Heures. Nous pensions à Pol de Limbourg illustrant les Très Riches Heures du Duc de Berry. Puis à ses très grands contemporains : Jan Van Eyck et Van Der Weyden. Enfin à leurs successeurs plus tardifs : ces merveilleux miniaturistes du Siècle d’Or Hollandais, avec leurs scènes intimistes, culminant avec Pieter De Hooch et Vermeer.

Oui ! à tous ces peintres qui se penchèrent avec tant d’acuité, de patience et de méditation sur les rapports de l’homme avec ses semblables, son milieu, avec les grandes questions philosophiques ! Pour nous offrir ces tableaux admirables où tout est à sa place ! Où, surtout, la vie intérieure de l’artiste paraît meubler l’espace et la vie du tableau ! A tel point, que l’air, l’atmosphère de l’œuvre semblent matérialisés, palpables, habités, que les plans successifs de la perception, de l’émotion, de la réflexion y sont lisibles, et enfin que les personnages y semblent animés de présence et de vie !

Evidemment c’est dans un tout autre registre qu’opère Raphaël TOUSSAINT : celui du paysage de sa Vendée. Mais la qualité de son approche est la même, tant dans son inspiration, sa volonté, son métier, son art.






A un moment où dans la peinture contemporaine règnent tant d’ignorances, d’impostures, voire de folies, où on fait n’importe quoi et n’importe comment, il est bon qu’un peintre véritable, comme Raphaël TOUSSAINT, sans qu’il en ignore les acquis picturaux de son époque, nous rappelle les grandes vertus des Maîtres du passé, pour nous offrir, par ses tableaux, au milieu de nos vies, des joyaux précieux qui, par leurs très purs éclats illuminent notre regard et scintillent en notre âme.

Alain FAVELLE
Sociétaire d'Association Internationale des Critiques d'Art

 

 

Vous venez de parcourir et de découvrir ma vie de peintre.
 
En conclusion de ce long cheminement et dans la quiétude de mon jardin, parmi les fleurs et les arbres, dans cette nature que j’aime et qui m’inspire, laissez-moi vous dire :
 
« Je crois qu’il y a eu, qu’il y a et qu’il y aura encore et sûrement des peintres dits de : "La Réalité Poétique", des grands et des moins grands. Tous ont, chacun dans leur degré de valeur propre, leur manière de s’exprimer, leur particularité, leur personnalité.
 
Reconnaître un ROUSSEAU, un BOMBOIS, un VIVIN, un RAFFY LE PERSAN, un GHIGLION-GREEN, un JEAN EVE, un RIMBERT et bien d’autres, et ne pas les confondre, c’est cela la différence.
 
Et je crois en toute modestie que Raphaël TOUSSAINT, c’est aussi la différence."


En souhaitant que le chemin soit encore long à parcourir, et que nous puissions le continuer ensemble. Merci d'être mes compagnons de route.

Au revoir.




Raphaël TOUSSAINT
 

Remerciements